Le Blog de Marc Meurintr


  Le Château de Beaulieu
  Hôtel**** - Restaurants - Boutique
  Relais et Châteaux - Relais Gourmand
  2 étoiles au guide Rouge

  Restaurant Jean-Jean & Monsieur Jean
  Cuisine bio et rapide en bas, cuisine fusion à l'étage.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

BIO RAPIDE
1953. Naissance à Lens
1970. CAP de cuisine à lécole hôtellière de Lille
1992. Première étoile au guide Rouge pour Le Meurin à Béthune
1998. Deuxième étoile
2005. Ouverture du Château de Beaulieu, hôtel****, et du restaurant gastronomique Le Meurin
2006. Second restaurant, Le Jardin d'Alice, au sein du Château (bib gourmand)

2010. Ouverture du Restaurant Jean-Jean à Lille



Pour la petite histoire...

Marc et Claudine Meurin ont quitté Béthune en décembre 2005 pour donner vie au Château de Beaulieu de Busnes, à quelques kilomètres de là.

En quelques mots, le Château de Beaulieu, c'est ...
une bâtisse datant du XVIII ème siècle,
un parc arboré de 5 hectares agrémenté d'un vaste plan d'eau,
un lieu paradisiaque doté de 20 chambres 4****, distinguées relais et Châteaux,
côté jardin : un restaurant gastronomique Le Meurin**,
côté cour : un restaurant fusion
Le Jardin d'Alice,
mais aussi un héliport, un green, des plants de vigne,
des cours de cuisine et d'oenologie, une boutique, des salons pour séminaires.

Le Blog de Marc Meurin vous permet de retrouver
des articles consacrés à la Gastronomie, l'actualité du Château, des recettes, des photos et des vidéos.
Nous attendons votre vive participation à la vie de ce blog, en laissant vos commentaires et réactions.



Le Château de Beaulieu - Marc Meurin - Rue de Lillers  62350 Busnes
Tél : +33(0)3.21.68.88.88 - Fax : 03.21.62.88.89
mail :
contact@lechateaudebeaulieu.fr - web :
 www.lechateaudebeaulieu.fr - www.lejardindalice.fr


Mardi 1 mars 2 01 /03 /Mars 17:59

La madeleine de Marc Meurin

vendredi 03.09.2010

Un restaurant en plein coeur de Lille : la madeleine de Marc Meurin  
Déco soignée, avec vue plongeante sur l'opéra, dans le nouveau restaurant de Marc Meurin.
PHOTO PIERRE LE MASSON.

Faut-il se féliciter de l'arrivée à Lille de la seule toque de la région à avoir décroché deux étoiles au guide rouge ou saluer le retour de l'enfant qui y a fait ses classes à l'époque où l'école hôtelière était encore place Richebé ? Marc Meurin le voulait depuis longtemps : il ouvre, en face de l'opéra, le Restaurant de Monsieur Jean.

Il est des parcours d'enfant qui, parfois, décident de trajectoires de vie. Quand, au début des années 60 dans son petit village de Violaines (entre Lens et Béthune), la cloche de l'école sonnait et qu'il pressait le pas sur le chemin de la maison, c'est parce qu'il voulait aider sa maman à préparer le repas - il est l'aîné de quatre enfants. Marc Meurin n'imaginait alors pas que l'aventure l'emmènerait jusqu'à la cuisine d'un deux étoiles.

 

Éplucher les légumes, faire la vaisselle : pour le petit Marc, il n'y a pas de corvée quand il s'agit de faire à manger. « Je voulais faire plaisir à ma mère. » À 14 ans et demi, brevet des collèges en proche, Marc n'a pas d'idée précise sur ce qu'il veut faire. Quelques-uns de ses copains veulent enfiler l'uniforme et devenir pompiers, lui optera pour le tablier. « Pourquoi tu ne ferais pas l'école hôtelière ? », lui demande sa maman. L'histoire de Marc Meurin aux fourneaux a commencé comme ça. « J'ai passé le concours d'entrée et j'ai fait partie des vingt-cinq qui ont été retenus. »

Juste un test d'aptitude pour voir si les candidats s'en sortent avec la lecture et l'écriture. Ils n'ont encore touché ni couteau ni casserole. En 1968, Marc Meurin arrive à Lille. « L'école hôtelière était place Richebé, dans une ancienne filature. » Il apprend les bases du métier sur « une vieille cuisinière à charbon » et garde un souvenir encore ému du vieux lino qu'il y avait au sol. « En 1970, je suis sorti avec mon CAP. » Il quitte alors la place Richebé pour bosser chez un traiteur, rue de la Moselle, auFaisan doré. « À 20 ans, j'ai ouvert ma première affaire. » Depuis ce moment-là, il sait que la cuisine est plus qu'une passion, il a trouvé sa vocation.

Marc Meurin est un bosseur : « Quand je ne travaille pas le dimanche, je m'ennuie. » Comment est-il en cuisine ? « Exigeant. »

Souvent récompensé - il a décroché sa première étoile au guide rouge en 1992 avec Le Meurin (à Béthune) -, il est à ranger dans la catégorie des créatifs. Il dit : « La créativité, c'est la victoire de la curiosité sur l'habitude. » Les idées lui viennent les unes après les autres. Il a souvent ses fulgurances quand il est au volant. Avec l'une, il revisite l'oeuf mayonnaise - il joue avec les blancs et les jaunes et crée une espèce de millefeuille - et donne des lettres de noblesse à une tomate-crevettes. « Sans modifier l'aspect du produit, mais en cherchant l'originalité. » Une autre de ses idées l'amène à utiliser de la carboglace (à - 54 °) pour ses cocktails. « J'aime travailler avec l'azote. » Mais il lui fallait régler le problème du contenant.

500 000 E

« Ça y est ! », s'est-il exclamé à la manière d'un Archimède. L'histoire ne dit pas si, comme le mathématicien grec, Marc Meurin a l'habitude de courir nu en sortant de sa baignoire. En revanche, le procédé inventé par Marc Meurin pour donner un coup de froid à ses cocktails est à découvrir à l'ouverture du Restaurant de Monsieur Jean (lire ci-dessous).

Pour l'instant, Marc Meurin a laissé le tablier au clou pour jouer le rôle du chef de travaux. Le chantier est de taille : il a investi pas loin de 500 000 E pour avoir son restaurant lillois. Attentif à l'hygiène et à la propreté jusqu'à en devenir maniaque, Marc Meurin met son poing dans sa poche avec un joli mouchoir dessus, en attendant de dresser les tables.

« La première fois que j'en ai parlé, c'était à une journaliste. Je lui disais simplement dans la conversation que si l'occasion se présentait, j'ouvrirais bien un restaurant à Lille, raconte Marc Meurin. J'adore Lille depuis longtemps. Je crois vraiment au pouvoir d'attraction de cette ville. » Le téléphone de Marc Meurin a beaucoup sonné. On lui a proposé plusieurs affaires, jusqu'à ce qu'il ait le coup de foudre pour ce qui fut de 2005 à 2009 le restaurant Chez Paul. Rue de Paris, il ne devrait pas être trop dépaysé : « À Busnes, j'ai déjà une belle clientèle lilloise. »


PAR EMMANUEL CRAPET

Par Marc Meurin - Publié dans : Actu
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 6 août 5 06 /08 /Août 12:45

 

 Avec «Jean-Jean», Marc Meurin veut faire des plats à la portée de toutes les bourses. PHOTO ARCHIVES ÉMILIE DENIS
Avec «Jean-Jean», Marc Meurin veut faire des plats à la portée de toutes les bourses. PHOTO ARCHIVES ÉMILIE DENIS

LE VISAGE DE L'ACTUALITÉ

C'est décidé : Marc Meurin installe ses fourneaux à Lille. Le chef nordiste, qui compte déjà deux étoiles au guide Michelin, ouvrira un nouvel espace gastronomique en lieu et place de l'ancien site du restaurant des boulangeries Paul, rue de Paris. L'enseigne, « Le restaurant de monsieur Jean », devrait ouvrir dès la fin du mois de juillet.

 

 

Au numéro 12 de la rue de Paris, on ne sert plus. Seule la devanture indique encore qu'il y avait là, dans ce bâtiment historique, les tables dressées du « Restaurant de Paul ». C'était le seul restaurant de la firme dans le monde. Les cuistots ont déserté le lieu en janvier 2009, après quatre années d'activité. Mais les cuisines vides ne devraient pas le rester longtemps. Le chef étoilé Marc Meurin a en effet décidé d'en faire son nouveau terrain de jeu. L'ancienne insigne va être prochainement décrochée pour laisser place au « Restaurant de monsieur Jean ».

« J'ai toujours voulu m'installer à Lille. J'y ai fait mes études et c'est là que j'ai commencé à travailler chez un traiteur , se rappelle-t-il, un brin nostalgique. L'idée mijotait depuis huit mois. Les gens m'ont fait des propositions et l'opportunité de reprendre l'espace laissé vacant par Paul s'est présentée. » Sur place, les travaux ont déjà commencé. À l'étage, le restaurant pourra accueillir une soixantaine de couverts. La carte sera la même que celle du Jardin d'Alice, son restaurant « fusion » du château de Beaulieu à Busnes. « Nous allons mettre à l'honneur les produits du terroir et continuer à travailler avec des produits biologiques », annonce-t-il, fidèle à son éthique gastronomique. Un bon plat, c'est d'abord de bons ingrédients : le chef achète bio et local.

À nouvelles tables, nouvelles ambitions. Marc Meurin souhaite, avec le restaurant de monsieur Jean, faire partie des Bib Gourmands, une sélection des meilleures tables à moindre prix éditées elles aussi par Michelin. « Nous proposerons un menu entrée - plat - dessert à moins de 29 E », promet-il. La condition nécessaire pour faire partie de la liste.

Le chef a plus d'une idée dans sa toque : « Jean-Jean » occupera le rez-de-chaussée de son nouveau bastion culinaire. « C'est un espace dans lequel nous vendrons des plats, des soupes, des salades, et des menus entre 8 et 20 E, que les gens pourront emporter. » Des en-cas de qualité à moindre prix en somme.

La nouvelle aventure du chef nordiste créera une vingtaine d'emplois. « Nous sommes d'ores et déjà à la recherche de personnel », explique Marc Meurin, pris dans le tourbillon de l'ouverture. Les premiers gourmets sont en effet attendus pour la fin juillet « ou le début août, cela dépend des travaux ». Le chef a pour objectif de régaler les papilles de ceux à qui les tables délicieuses, mais onéreuses, ne sont habituellement pas accessibles.

 

samedi 05.06.2010, 05:08  - PAR SARAH BINET - La Voix au féminin.fr

 

Par Marc Meurin - Publié dans : Actu
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires

Présentation

  • : Venez partager mon actualité et découvrir toutes les infos concernant le Château de Beaulieu.
  • Contact

Rechercher

Clichés Aléatoires

Recommander

Catégories

Présence dans les Guides


Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus